Les secrets, c’est mauvais pour la santé !

© iStock/Getty images

Vous avez un amant caché ? Vous êtes amoureuse d’un autre sans le dire à personne ? Vous possédez un compte en Suisse ? Votre meilleure amie vous avoué un truc affreux qu’elle vous a demandé de ne surtout pas répéter ? Bref, comme beaucoup de gens, vous êtes dépositaire d’un (ou plusieurs) secrets. L’Association Américaine de Psychologie (APA), affirme, conclusions d’une étude à l’appui, que garder un secret pour soi n’est pas bon pour la santé. En étudiant les cas de 2 000 personnes volontaires, les psychologues ont commencé par constater que 96 % d’entre eux cachaient quelque chose : pensées amoureuses pour un autre que son conjoint, pratique illégale, dépendance à un produit, mensonge, traumatisme ancien jamais révélé, mais aussi sentiment de mal être, insatisfaction relationnelle…

Les participants ont été questionnés sur le nombre de fois où ils pensaient à leur secret, même seuls. Surprise, ils y pensent deux fois plus souvent seuls que lorsqu’ils étaient en situation de le dissimuler vis-à-vis d’une autre personne. Résultat, un état de stress, voire d’angoisse, la désagréable impression d’être un menteur, de ne pas être authentique  : « Les gens prévoient que, de temps en temps, ils devront cacher leurs secrets. Et ils le cachent et continuent à se préparer à le cacher. Mais ils ne s’attendent pas à ce que leurs secrets apparaissent spontanément dans leurs pensées quand cela n’est pas en lien avec la situation qu’ils sont en train de vivre. Là est le véritable inconvénient d’avoir des secrets », souligne un des auteurs de l’étude.

Par ailleurs, cette attitude peut aussi avoir un effet sur les capacités de concentration. Obnubilé par le secret, on en vient outre « la baisse du niveau de bien être » à être perturbé dans sa vie quotidienne et notamment professionnelle. « Cela peut avoir un effet néfaste sur l’efficacité », observe le chercheur. C’est sans doute pour toutes ces raisons que les secrets, même légers, sont souvent difficile à garder pour soi et qu’on éprouve le besoin de se confier à quelqu’un. Ça soulage.

Lire aussi Psychogénéalogie : traquer les secrets de famille

Publié le dans Check-up

Sur le même thème