Gare au mal de dos à la ménopause !

Crédit : Getty

On sait qu’à la ménopause, la qualité des os se dégrade quand nous cessons de produire les hormones (œstrogènes en tête) qui contrôlent le remodelage osseux. Ce que l’on sait moins, c’est que les femmes sont aussi davantage exposées aux douleurs lombaires. C’est ce que montre une nouvelle étude publiée dans la revue Menopause. Des chercheurs ont fait passer des IRM à un groupe de près de 2 000 hommes et femmes, et mesuré l’impact de leurs taux d’œstrogènes sur l’état de leurs disques vertébraux, dont on sait déjà qu’ils finissent toujours de s’user avec l’âge.

Résultats : les femmes ménopausées présentaient une dégénérescence des disques – qui assurent la souplesse et la mobilité de la colonne vertébrale – plus importante que les femmes en préménopause ou périménopause et que les hommes du même âge. Mises en cause : les hormones. Il n’en fallait pas moins pour que les chercheurs prônent une hormonothérapie passé le cap de la cinquantaine. Ce traitement, qui suscite encore trop souvent la méfiance, est proposé pour lutter contre les symptômes gênants de la ménopause, bouffées de chaleur principalement, et peut être indiqué en prévention de la perte osseuse.

Dès la cinquantaine, on porte donc une attention particulière à toute nouvelle douleur dorsale et on en parle avec son médecin traitant ou son gynécologue. Pour ne pas tomber dans la douleur chronique et les traitements médicamenteux au long cours, souvent inefficaces.

Lire aussi La vérité sur le mal de dos

Publié le dans Check-up

Sur le même thème