Le stop-pipi, une mauvaise idée contre les fuites urinaires

Crédit : iStock-Getty images

Le stop-pipi est une méthode qui consiste, quand on est en train d’uriner, à arrêter la miction avant d’avoir complètement vidé sa vessie. Cette méthode est à bannir si vous voulez lutter contre des fuites urinaires !

Que cet « exercice » soit pratiqué pour essayer de muscler son périnée ou parce qu’on ne prend pas le temps de vider sa vessie (si les toilettes ferment mal, si la cuvette est sale et que l’on ne veut pas s’asseoir dessus, ce qui rend difficile la miction…), il est en tout cas fortement déconseillé.

Infections et fuites
D’abord parce qu’on a alors tendance à ne pas vider complètement sa vessie. Or, quand de l’urine reste présente en permanence dans la vessie, cela favorise les cystites : les bactéries intestinales (qui occasionnent le plus souvent ces infections) ont le temps de s’accrocher à la paroi vésicale et de se multiplier plutôt que d’être éliminées avec l’urine.
Ensuite parce que ces contractions volontaires pendant la miction perturbent le fonctionnement normal de l’appareil urinaire : il ne sait plus quand la vessie est pleine ou totalement vide et donc quand il est temps d’actionner le signal d’aller faire pipi … Ce qui favorise les fuites !

Quand vous allez aux toilettes, prenez donc le temps, tranquillement, de vider complètement votre vessie : asseyez-vous sur le siège, fermez bien la porte et urinez sans pousser ni retenir.

Et si vous voulez muscler votre périnée…
Si vous utilisez volontairement le stop-pipi pour muscler votre périnée et vous aider à retenir de possibles fuites, mieux vaut pratiquer ces exercices de contraction / relâchement hors des toilettes. Faites des séries de contractions courtes ou plus prolongées, chaque jour. Commencez allongée (c’est plus facile) puis assise et enfin debout, voire en marchant.

Lire aussi 3 idées reçues contre l’incontinence et Quelle alimentation pour éviter les fuites urinaires ?

Publié le dans Check-up

Sur le même thème