Je me lève tout le temps la nuit pour faire pipi

USA, New Jersey, Jersey City, Senior woman sitting in bed and suffering from insomnia
Crédit : iStock-Getty images

Se lever une ou deux fois par nuit pour aller aux toilettes, c’est embêtant mais bien normal. Plus, ça commence à devenir agaçant ! Heureusement, il y a des solutions, nous explique le Pr François Desgrandchamps, chef du service d’urologie à l’hôpital Saint-Louis, à Paris.

« A partir de 50 ans, environ 80% des gens se lèvent une fois par nuit pour uriner, et environ 40% deux fois, indique le Pr Desgrandchamps. Ce n’est pas grave mais gênant. » Au-delà (ou si cela vous embête de vous lever chaque nuit), il y a quelques mesures à prendre pour limiter cette polyurie ou pollakiurie nocturnes, de leur nom savant.

Petits ou gros volumes ?
Pour déterminer la cause, et donc les mesures à prendre, c’est la première question à se poser. En général, vous savez si vous vous levez pour uriner beaucoup (la polyurie) ou très peu (la pollakiurie).
Si vous voulez affiner les choses, faites un calendrier mictionnel. « Pendant 24 heures, de 8 heures du matin à 8 heures le lendemain matin, urinez dans un verre gradué et mesurez à chaque fois la quantité » conseille le Pr Desgrandchamps. Vous pouvez aussi utiliser l’appli Mictionary, gratuite.

Petits volumes : une vessie hyperactive ?
« Si vous urinez peu la nuit (moins d’un tiers du total sur 24 heures), c’est sans doute dû à une vessie hyperactive ou hypersensible », indique le spécialiste. Normalement, la vessie envoie au cerveau un signal indiquant qu’il est temps d’aller uriner quand elle est pleine. Mais lorsqu’elle est hyperactive, elle envoie ce signal au cerveau même si elle est partiellement vide.
Les bons réflexes. D’abord, prenez le temps, systématiquement, de vider complètement votre vessie à chaque fois que vous allez aux toilettes. Puis, imposez-vous un délai entre deux passages aux toilettes et élargissez-le progressivement, de jour comme de nuit, pour rééduquer votre vessie, jusqu’à arriver à 3-4 heures entre chaque passage. Si vous avez envie avant, tentez de laisser passer ce besoin : pensez à autre chose (comptez à l’envers à partir de 100, faites vos comptes…), prenez 5 respirations profondes. Si ça ne suffit pas, allez aux toilettes, mais d’un pas calme.

Travaillez aussi votre périnée pour tonifier vos muscles pelviens. Enfin, surveillez votre alimentation (évitez café, thé, alcool et sodas, et consommez davantage de fibres).

Gros volumes : plusieurs causes possibles
Si vous urinez beaucoup la nuit (plus d’un tiers du total sur 24 heures), il peut y avoir plusieurs explications. « Si les volumes sont importants tout au long de la journée, jusqu’à atteindre 2 litres et plus en tout, c’est peut-être que vous buvez trop, tout simplement » prévient le Pr Desgrandchamps.
Le bon réflexe. Dans ce cas, et seulement celui-là (pas la peine de s’assoiffer en période caniculaire!), réduisez les volumes d’eau que vous ingérez.
« Une deuxième cause possible est l’apnée du sommeil », précise-t-il. « Cette pathologie fait sécréter la nuit une hormone qui pousse les reins à travailler – et donc à éliminer l’eau bue pendant la journée. »
Le bon réflexe. Consultez votre médecin traitant, qui prendra les mesures adéquates.

Dernière cause possible : une forme d’insuffisance cardiaque. Le cœur a du mal à faire remonter le sang qui stagne dans les jambes, on a une sensation de jambes lourdes pendant la journée… « Dans ce cas, la nuit, une fois qu’on est allongé, le sang remonte plus facilement, et les reins font leur travail de filtre, ce qu’ils n’avaient pas pu faire dans la journée – et, du coup, on se lève pour aller uriner ! », explique le Pr Desgrandchamps.
Le bon réflexe. Une solution simple est de prendre 20 à 40 minutes en fin de journée pour s’allonger, les pieds surélevés, voire relevés contre le mur. Et vous irez uriner avant de dormir !

Enfin, si votre médecin vous a prescrit des diurétiques, pensez à les prendre le matin, et en tout cas jamais après 18 heures le soir…

Lire aussi Incontinence urinaire, à qui en parler ?

Publié le dans Check-up

Sur le même thème