Que d’idées reçues sur les rhumatismes !

Istock/Getty images

On entend à peu près tout et n’importe quoi sur les maladies ostéo-articulaires ! Il faut dire que ce terme désigne des pathologies qui vont de la tendinite au rhumatisme psoriasique, de la spondylarthrite ankylosante à l’ostéoporose ! Des millions de personnes sont concernées par ces affections, qui constituent la première cause de maladie chronique après 40 ans. Et si, à l’occasion de la Journée mondiale contre les rhumatismes, on levait quelques malentendus ?

Il vaut mieux éviter de bouger quand on a ce genre de problème !
Bien au contraire. Il faut absolument entretenir ses muscles, ses tendons et ses os, y compris lorsque la maladie sévit et qu’elle a tendance à restreindre la mobilité. Et cela passe par une activité physique adaptée (marche, natation, vélo…) qui respecte les articulations.

Cest embêtant mais ce nest pas très grave.
On voudrait bien qu’il en soit ainsi mais la réalité n’a rien à voir. Francis Berenbaum, chef du service de rhumatologie à l’hôpital Saint-Antoine (Paris), rappelle par exemple qu’une arthrose du genou qui empêcherait de marcher fait grimper de 50 % les risques de mortalité cardio-vasculaire. Et que les douleurs articulaires ont un retentissement sur le sommeil de 65 % des personnes concernées mais aussi sur leurs loisirs, leur vie de famille ou de couple.

Les rhumatismes arrivent avec lâge.
Archi-faux. Si la lombalgie ne touchait que les plus de 50 ans, ça se saurait. En France, 12 à 13 millions d’entre nous connaissent des problèmes de rhumatismes, dont 4 000 enfants atteints d’arthrite juvénile idiopathique. Un récent sondage Ifop pour l’Inserm a révélé qu’1 jeune sur 3 (18-24 ans) subissait des douleurs articulaires au moment de répondre à l’enquête en août 2016.

Il ny a pas grand chose à faire pour y échapper.
Quelle erreur. Nous disposons tous d’un capital articulaire que nous devons préserver le plus tôt possible. Comment faire ? C’est finalement assez simple puisqu’il faut manger et faire du sport ! Un régime alimentaire équilibré permet d’éviter surpoids et obésité, qui augmentent le risque d’arthrose, ou les carences en calcium et vitamine D, qui renforcent le risque d’ostéoporose et donc de fracture. Quant à la sédentarité, elle fait du tort à notre santé en général et à celle de nos articulations en particulier. Enfin, zapper le tabac et soigner son hygiène bucco-dentaire ont des effets intéressant sur la polyarthrite rhumatoïde.

Sur le même thème

Sur les toits de Madère

A quatre heures de vol de Paris, Madère fait la joie des randonneurs et des amoureux de la nature. Pas question de s’élancer à la découverte des sommets de Madère[...]