5 vérités sur la maladie de Lyme

iStock

La tique qui transmet la maladie de Lyme est en train de devenir l’ennemie n°1 des promeneurs en forêt. Portrait robot d’une petite bête pas sympa du tout.

Une nouvelle pathologie… déjà ancienne !
La maladie de Lyme ou borréliose est officiellement connue depuis que la bactérie qui la provoque (Borrelia burgdorferi) été identifiée en 1982. Ensuite, on a constaté que d’autres bactéries de la famille des borrélies provoquent aussi cette maladie. Et que ce fléau existe probablement au moins depuis le XIXe siècle. Aujourd’hui, la maladie de Lyme est considérée comme émergente car elle semble en pleine expansion, notamment en Europe et aux États-Unis.

Sortir couvert, ça sert !
Les borrélies sont transmises par une tique de 1 mm (la larve) à 1 cm (adulte) qui se fixe au corps pour en sucer le sang. Pour s’en préserver, il faut s’habiller de vêtements couvrants (y compris chapeau) pendant les balades dans la nature. Il existe des répulsifs et des mélanges d’huiles essentielles, supposés éloigner les tiques, mais l’inspection du corps et de la tête après la promenade est recommandée. Si on trouve une tique gonflée de sang, c’est qu’il y a eu piqûre.

Pas de panique même si ça pique
Au cas où la bestiole serait bien là, pas de panique. « Seules » 5 à 20 % des tiques sont infectées par la bactérie. Dans tous les cas, un tire-tique (disponible en pharmacie) est indispensable pour se débarrasser de l’acarien au plus vite. Cette petite pince en fourche permet d’enlever l’indésirable, sans que sa tête ne reste ancrée dans la peau.

Des symptômes indolores mais qui parlent
La piqûre de la tique ne fait pas mal, on peut donc très bien être infecté sans s’en rendre compte. D’où l’importance de connaître les symptômes de la maladie. Une plaque rouge circulaire sur la peau constitue souvent le premier signe. Il conduira votre médecin à prescrire deux à trois semaines d’antibiotiques. Une grosse fatigue, des paralysies faciales, des maux de tête inhabituels, de l’arthrite au niveau des genoux ou des coudes doivent aussi alerter… Le problème avec ces symptômes, c’est qu’ils ne sont pas propres à Lyme et qu’ils peuvent survenir un à six mois après la piqûre (quand on l’a oubliée). Or, en France, les tests de détection de la maladie ne sont pas très fiables. Il faut donc prévenir son entourage et son médecin dès qu’on a repéré une tique.

Un manque de (re)connaissance(s)
Plusieurs associations (France Lyme, Lyme sans frontières…), estimant que l’on ne traite pas correctement la maladie (certains médecins mal informés pensent à des maladies psychosomatiques plutôt qu’à la maladie de Lyme) se battent pour que celle-ci soit mieux reconnue et considérée comme chronique.

Merci au Dr Claude Perronne, chef du département de médecine de l’hôpital universitaire de Garches (Hauts-de-Seine), spécialiste des maladies infectieuses et auteur de La Vérité sur la maladie de Lyme, (éd. Odile Jacob)

Lire aussi Piqûre de tique : signalez-la !

Publié le dans Check-up

Sur le même thème

5 vérités sur le zona

Pas de chance, l’incidence du zona augmente après 50 ans. L’essentiel : repérer les premiers signes très vite pour démarrer le traitement antiviral au plus tôt.[...]