La Normandie à l’heure de l’impressionnisme

Age / Photononstop

Cet été encore, la région vit à l’heure de l’impressionnisme. Expositions, déjeuners sur l’herbe, concerts, la liste des manifestations est tout simplement extraordinaire.

Giverny : jardiner avec Sorolla et Monet
Les pieds dans la Seine, le village où Claude Monet a vécu pendant quarante-trois ans est comme un tableau du peintre : un ensemble harmonieux de touches colorées. Caché par un jardinet clos de haies de buis et de hêtre, le Musée des impressionnismes se fond dans ce paysage bucolique. Après Gustave Caillebotte, la seconde expo montre la production de Joaquín Sorolla, un impressionniste espagnol dont les portraits et scènes de plage se sont attirées les faveurs des plus grands marchands parisiens de l’époque.
Sorolla, un peintre espagnol à Paris, infos et réservations sur mdig.fr.

Caen : un peintre norvégien écolo
Au lieu de ressasser les éternels Renoir ou Pissarro, le musée des Beaux-Arts de la ville nous présente Frits Thaulow, un impressionniste venu du froid. Grand ami de Rodin et beau-frère de Gauguin, il en est pourtant très différent. Alors qu’eux voient dans la nature un simple sujet d’expérimentations esthétiques, il considère qu’elle fait le bonheur de l’homme et qu’il faut la protéger. Ses œuvres sont des paysages, parfois abîmés par la révolution industrielle en marche (canons, poteaux télégraphiques, usines inesthétiques) mais toujours habités par un skieur ou un promeneur. On a envie, nous aussi, de plonger dans ces immensités blanches et ces rivières fraîches. Architecte de formation, il procède par grandes masses géométriques. Chez lui, un bloc de rochers devient un immense triangle mangeant les trois quarts de la toile. Un artiste définitivement à part.
Frits Thaulow, paysagiste par nature, infos et réservations sur mba.caen.fr

Rouen : dans l’intimité des artistes
Dès l’entrée du musée des Beaux-Arts, le ton est donné : une accueillante méridienne en velours rouge invite à prendre la pose devant un appareil photo comme le faisaient les proches des impressionnistes devant un chevalet. Ces artistes voulaient être témoins de leur époque et ont montré leur vie en images. Au fil des salles on découvre, par toiles interposées, que leurs amours pouvaient être aussi libres (voire plus) que les nôtres. Manet, par exemple, partage sa maîtresse… avec son père. Côté « métier », le musée montre très clairement comment ces artistes ont modernisé l’art du portrait. Des dîners joyeux, des sorties à l’opéra, des jeux dans les jardins dépeignent un mode de vie insouciant et cultivé, grâce à une avalanche de grands noms : Monet, Cézanne, Gauguin, Berthe Morisot, Renoir. Si, de ce riche parcours, vous ne deviez retenir que deux toiles ? Berthe Morisot au bouquet de violettes, par Manet, et Au lit, de l’Italien Federico Zandomeneghi. Cette scène montre une jeune femme dont l’aisselle comporte quelques poils. Une provocation absolue à l’heure où les artistes officiels peignaient des Vénus parfaitement épilées !
Scènes de la vie impressionniste, infos et réservations sur mbarouen.fr.

Le Havre : aux sources de l’impressionnisme
Posé directement sur le port de commerce, le musée des Beaux-Arts (ou MuMa), avec ses vastes baies ouvertes sur la mer, convient parfaitement à Eugène Boudin. Considéré comme LE peintre de la lumière par les spécialistes, il montra la voie à Claude Monet, le chef de file du mouvement. Avec ses sublimes marines (les reflets sur l’eau sont tellement éclatants que l’on en plisse les yeux !) mais, surtout, ses scènes de plage, Boudin se met à croquer la bourgeoisie parisienne découvrant les joies des premières stations balnéaires de Trouville et Deauville. Il espère vendre à cette clientèle, mais fait chou blanc. Les belles qui se promènent sur le sable en robe longue ne s’y reconnaissent pas. Il n’en retient que les silhouettes. Dix, quinze ans avant tout le monde, il revendique le droit de donner un aspect inachevé à ses toiles. Quel plaisir de chercher à reconnaître, simplement esquissés, un enfant en robe blanche, un chien, une cabine de plage tirée par des chevaux. On en tire un délicieux sentiment de nostalgie.
Eugène Boudin, l’atelier de la lumière, infos et réservations sur muma-lehavre.fr

Lire aussi Découvrez les sculptures de Picasso

Sur le même thème